Sans titre

Les malades du SIDA : 1700 malades dans une situation dramatique Posté le 29 Janvier 2008 à 10:45:49 Coulibaly A propos de Santé28 janvier 2008 : Les malades du SIDA : 1700 malades dans une situation dramatique Depuis 7 mois 1700 personnes atteintes du VIH SIDA ne bénéficient plus de la prise en charge des maladies dites « opportunistes »au niveau du CTA. Pour cela, le VIH Sida ne cesse de faire plus des victimes en Mauritanie. Les 1700 personnes qui sont déjà déclarées atteintes du virus bénéficient d’une assistance médicale gratuite. Plusieurs autres meurent dans le silence par la force du tabou qui frappe cette question dans certains milieux sociaux. La levée de la prise en charge des maladie dites « opportunistes » compliquent davantage la situation des malades du SIDA en les mettant en proie à toutes les attaques et infections. Cette situation est d’autant plus alarmante que les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) demeurent à 99% des pauvres sans ressources et vivent en marge de la société. Mariem Niang, présidente du réseau des Associations des personnes vivant avec le VIH(PVVIH), a bien voulu répondre aux questions de Nouakchottinfo relatives à ce sujet. Nouakchottinfo : Pouvez vous faire l’état des lieux de la maladie en Mauritanie Marième Niang présidente du réseau des Associations des personnes vivant avec le VIH(pvvih) : la situation est stable en général. Mais pour celui qui est concerné par la vie quotidienne, il aurait eu une autre perception. Chaque jour, il y a de nouveaux cas de, de nouveaux dossiers, une nouvelle souffrance. Cela donne l’idée que la situation risque de devenir très grave sous peu si on ne se lève pas conte la maladie. NI : Où se situe le drame ? MN : On est dans un pays musulman où toute question relative à la sexualité relève du tabou. NI :Que faut-il faire pour lever les tabous ? MN : Personnellement, je pense que l’on doit rester proche des Imams parce que ce sont des leaders d’opinion très écoutés, cela aidera beaucoup si la question de plaidoyer est résolue. NI : Où est-ce qu’on en est pour ce qui est de la prise en charge ? MN : Au niveau du centre de traitement ambulatoire (CTA), à niveau de l’hôpital Sabah, les analyses sont gratuites. Les AR (anti- retroviraux) sont aussi gratuits, c’est quelque chose de très important pour lequel nous remercions le gouvernement mauritanien ainsi que les ONG qui nous ont épaulé depuis le début de cette lutte. Le problème c’est que à l’intérieur du pays, il n’y a pas encore cette assistance. Ça vient juste de commencer en fin 2007. Elle nécessite à ce titre d’être encore soutenue et encouragée. NI : Qu’est-ce qui reste encore ? MN : Le grand problème aujourd’hui, c’est le manque de prise en charge des maladies dites « opportunistes ». Il y a de cela 7 mois, cette prise en charge a été arrêtée. Toutes les infections « opportunistes » viennent aggraver la situation des PVVIH. Nous demandons avec insistance la reprise de cette prise en charge, car la situation risque d’être très grave en son absence. On tend vers la catastrophe, comme ce qui est arrivé en Afrique du sud. NI : Quels autres problèmes se posent aux malades ? MN : La plupart des malades sont pauvres qui prennent en charge des ménages avec beaucoup d’enfants. Sur 1800 personnes déclarées auprès du CTR, moins de 10 vont au travail. Moi-même j’ai été renvoyée de mon travail depuis 2004 parce que j’étais porteuse du virus. J’étais ménagère chez des européens. Nous demandons à cet effet à ce que l’on crée pour nous de AGR. Nous ne voulons pas partir dans la rue pour mendier. NI : Où se situe réellement la gravité de la situation ? MN : Les structures de prise en charge doivent être revues. C’est très grave ! Les praticiens ne prennent pas en compte la gravité du spectre de la menace. Chez les dentistes de la rue , cela est très perceptibles parce que ces gens opérent comme ils veulent, sans la moindre précaution ! Une fois, une personne porteuse a eu des maux de dents, elle fait recours au dentiste. Quand ce dernier l’a allongé sur son siège, elle lui a annoncé, par civisme, qu’elle est porteuse. Celui-ci lui crie dessus et la renvoya tout de suite. Que devrait-elle faire dans l’avenir ? Propos recueillis par Ely Ould Maghlah Note: Info source : Nouakchott Info
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site