Sans titre

Nouadhibou : La police traque les prostituées Posté le 18 October 2007 à 02:26:09 CEST Sujet: Les infos de l'actualité 18 octobre 2007 : Nouadhibou : La police traque les prostituées "Nous avons feint d'être des clients potentiels et nous avons eu confirmation de nos soupçons", a confié un policier. Entendons clients potentiels pour les prostituées qui à Nouadhibou sont, depuis le 12 octobre la cible de la police. La semaine dernière déjà, cette même police était en proie à des émeutes suite à une révolte des bouchers qui lui en voulaient de n’avoir pas pris au sérieux leur plainte à la suite de la bastonnade de leur camarade par des éléments de l’armée sur ordre d’une femme… A présent, cette police s’emploie à lutter contre la prostitution et le crime organisé. Ainsi, plusieurs femmes ouest -africaines ont été arrêtées et sont en instance d'être déférées sur ordre du procureur de la république. Ces femmes sont venues légalement dans la capitale économique et exercent des métiers de restauratrices, coiffeuses, femmes de ménage le jour et se transforment, à en croire la police, en prostituées dés le soir. La police a ainsi mis aux arrêts une douzaine de femmes et quelques hommes, parmi lesquels des mauritaniens ; qui leur servaient de couverture… Cette campagne de lutte contre la prostitution fait suite à de nombreuses plaintes de citoyens qui, devant l'ampleur du phénomène ont saisi la justice. En effet, le quartier de Khirane, situé au centre ville, est devenu une zone de prostitution à ciel ouvert. Dés 17 heures, des femmes dans leur simple appareil se positionnent aux fenêtres de leurs chambres pour racoler le passant, qui qu'il soit. Parallèlement au plus vieux métier du monde, le quartier est devenu une zone de non droit ou trafics en tous genres ont lieu : Drogue, alcool, trafic d'êtres humains... Plusieurs personnes y ont été agressés ces derniers temps .Vols de portables, agressions à armes blanches, passages à tabac sont le lot quotidien du malheureux qui passe aux abords de ces lieux. La zone est infestée de bandits de toutes sortes et porte le non d'Accra (la capitale du Ghana). Des commerçants et boulangers des environs ont aussi porté plainte. "Nous avons décidé de démanteler Accra et son réseau, confie un policier, avant de passer au reste de la ville." En effet la prostitution et la petite délinquance touchent toute la ville avec des pics à Khairane et la cité SNIM. Pour ne pas être taxée de xénophobe, la police a tenu à prendre les prostituées en flagrant délit."Nous avons feint d'être des clients potentiels et nous avons eu confirmation de nos soupçons" argumente un agent dans le coup. Reste que le réseau de prostitution et de trafics de drogue jouit d'une couverture à chercher au sein même de la police. Certains agents sont accusés par les prostituées d'être des client s assidus ou des protecteurs moyennant argent. Les femmes arrêtées risquent l'expulsion. ATHIE YOUSSOUF CP /NOUADHIBOU Note: Info source : La Tribune (Mauritanie)
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×