Sans titre

Pourquoi ne peut-on avoir un preservatif à Nouakchott? Contribution par machiavelli le 15 August 2007 à 14:16:52 CEST 15 août 2007 : Pourquoi ne peut-on avoir un preservatif à Nouakchott? La santé et l’éducation sont l’épine dorsale d’une nation. Une nation malade et ignorante est vouée à la disparition. Rien qu’à voir les budgets des Etats de la planète consacrés aux secteurs de la santé et de l’éducation nous aurons une idée de cette importance. La Mauritanie n’est pas en reste sur ces secteurs et notamment la santé. En Mauritanie l’Etat fait un travail remarquable dans la santé de ses ayants droits. Cette politique de santé publique se concrétise par l’ouverture de plus en plus nombreux de PMI, de Pharmacies. Par des compagnes de sensibilisation dans les Moughataa et surtout par des compagnes de vaccinations dans les établissements scolaires. Tous les mauritaniens ont été au moins une fois vacciner dans leurs écoles contre la Polio, la Rage, la Rougeole. Cependant il ya un pan entier de la santé nationale frapper de silence, de tabou ou d’hypocrisie diront certains. Il s’agit de la sacro sainte question sexuelle. Dés qu’on évoque cette question les mauritaniens deviennent sourds, aveugles et muets ! On est taxé d’impolis, d’effronté voir même de malade mental. Pourtant le sexe est une réalité pressente et qui nous nargue pour la simple raison que le mauritanien est plus grand dragueur de l’univers. C’est un hommes à femme voir à des femmes. Il refuse d’évoquer cette question dont sa pensée raffole. Les carences de notre santé dans ce domaine se fait dangereusement sentir dans la protection des rapports. En effet il très délicat de trouver une capote à Nouakchott. Il n’ya aucune structure qui permet de trouver un préservatif qui pourtant à les mêmes vertus que les Paracétamol ou les Aspirines si ce n’est plus. Nous en avons des preservatifs aux Marché Tcheb-Tcheb des périmés. Ce qui est contradictoire, comme souvent en Mauritanie où tout est contradictoire, les capotes du Marché Tcheb-tcheb se vendent devant les policiers, devant les autorités qui ne disent rien mais dés qu’il s’agit de structurer le secteur les autorités filent à l’anglaise. Parfois les PMI ou les dispensaires reçoivent des stocks des préservatifs qui deux jours après se retrouvent exposer au vent au Marché Tcheb –tcheb ! Dans les pharmacies qu’on vient acheter un préservatif on est regarder comme un extraterrestre. Un jour je suis parti acheter un préservatif à une pharmacie. Le pharmacien me dévisagea avec mépris tout en me lançant à la gueule le préservatif qui coutait d’ailleurs tres cher, il se tourna vers son collègue et lui dit il n’ya plus de respects entre les générations maintenant c’est AKHIRROU ZEMANE (La fin des temps) ! Et pourtant il les vend ! Mauritanie pays des contradictions. La santé publique doit facilité l’accès des préservatifs masculins et féminins aux mauritaniens. Il n’est plus étonnant de voir des distributeurs automatiques de préservatifs chez toutes les nations civilisées. Nos autorités doivent nous installer des distributeurs pour protéger nos enfants. Aussi permettre à nos femmes d’utiliser les pilules s’elles le désirent. Il faut dépénaliser ce secteur de la santé frappé de tabous ou d’hypocrisie. Le sexe est une réalité partout dans le monde et on doit en parler pour l’exorciser et le rendre civiliser. Les mauritaniens doivent arrêter d’être borner. Je vais raconter une anecdote qui est arrivée à une jeune fille Nouakchottoise âgée de 25 ans enseignante à un village à coté de Bassouknou à l’extrême est de la Mauritanie. Elle avait la charge d’une classe de CP (En Mauritanie on dit 3ème année). Elle donnait ses cours normalement et parlait de tout avec ses élèves. Les discussions touchait virtuellement le sexe mais elle n’insistait jamais. Un jour l’une de ses élèves a posé à son père : « Papa comment vous m’avez fait toi et Maman » ? Il parait que le vieux a failli avoir un arrêt carnique à cause de cette banale question. Le lendemain le vieux se rend à l’école est affirme au directeur que depuis que cette enseignante est venue ici sa fille lui pose des questions bizarre et obscènes. Qu’il souhaitait l’affectation de cette Sheytane (Satan) ! Ya quoi de satanique dans ca ? Il faut que cette mentalité cesse. Messieurs les autorités nous voulons beaucoup capotes, de pilules au mêmes titre que des sirops pour la toux ou des piqures contre le paludisme. Note: Info source : Machiavelli
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site