News

Sans titre

Poumon du fumeur»: les femmes davantage touchées que les hommes (at) Pour le même nombre de cigarettes, les fumeuses sont 1,2 fois plus nombreuses à développer la bronco-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) que les fumeurs. Une équipe de chercheurs de l’université de Nanjing en Chine a examiné plus de 29’000 personnes en examinant le rapport entre BPCO et quantité de cigarettes fumées. La BPCO est une abréviation de bronco-pneumopathie chronique obstructive, qui comprend toute une série de déficiences respiratoires. Le risque de BPCO croît avec le nombre de cigarettes fumées. Si on fume peu, le risque augmente de 1,4 fois (par rapport aux non-fumeurs), si on fume moyennement, le risque passe à 1,6 et si on fume beaucoup à 1,8. La BPCO est incurable. Mais un arrêt du tabagisme permet de stopper la détérioration pulmonaire. Les médicaments peuvent atténuer certains symptômes, comme la détresse respiratoire. Un entraînement physique peut apporter une amélioration des capacités. Source: Fei Xu et al., Better understanding the influence of cigarette smoking and indoor air pollution on chronic obstructive pulmonary disease: A case-control study in Mainland China, in: Respirology 2007; 12: 891–897 www.blackwell-synergy.com/loi/res. 12.11.2007

Sans titre

Moins d’asthme grâce à Expérience non-fumeur communiqué médias (at) Les jeunes sont quatre fois plus nombreux à souffrir d’asthme quand ils fument. Le concours national Expérience non-fumeur renforce garçons et filles dans leur volonté de rester sans fumer. Fort de 3629 classes inscrites, le concours entame sa huitième édition. Souffle court à l’effort, toux irritative et détresse respiratoire sont des caractéristiques de l’asthme. Une crise d’asthme est aussi source d’angoisse. Cette maladie est bien traitée mais inguérissable. Les jeunes qui fument régulièrement ont quatre fois plus d’asthme que ceux qui ne fument pas, comme l’a montré un groupe de recherche américain. Plus de 2600 élèves ont été suivis pendant six à huit ans. Si la mère avait en plus fumé pendant la grossesse, les jeunes fumeurs étaient même neuf fois plus nombreux à souffrir d’asthme. On constate ainsi que fumer entraîne des problèmes de santé vitaux même chez les jeunes. Expérience non-fumeur a le vent en poupe Le concours s’adresse aux classes de la 6e à la 9e année scolaire. 3629 classes se sont inscrites à Expérience non-fumeur cette année, soit 737 de plus que l’an passé. Tous ces élèves ont décidé de rester six mois sans fumer. En mai 2008, cent bons de voyage seront tirés au sort parmi les classes qui auront tenu le coup. Ce concours national est une occasion pour les jeunes de s’informer sur l’asthme et d’autres problèmes de santé induits par le tabagisme. Une vie sans tabac apporte des avantages notables. Les 3629 classes inscrites correspondent à 19 pour cent de la totalité des élèves de la 6e à la 9e année scolaire. Cette année, les classes de 7e et de 8e sont à nouveau les plus représentées, avec 63 pour cent. Les élèves reçoivent trois fois le magazine OXY, et les enseignants plusieurs fois une lettre contenant des informations de fond. Expérience non-fumeur est affiliée au concours européen Classes Non Fumeurs. En 2007/2008, des classes de 19 pays ont participé à la Smokefree Class Competition, de l’Islande à la Grèce en passant par le Portugal et la Roumanie. L’Association suisse pour la prévention du tabagisme organise ce concours avec les centres cantonaux de prévention du tabagisme avec le soutien du fonds de prévention du tabagisme. Différents centres cantonaux organisent des activités régionales en lien avec Expérience non-fumeur, comme des concours de créativité, des ateliers sur le tabagisme et la fumée passive ou un tirage supplémentaire de prix. Berne, le 19 novembre 2007

Sans titre

Calvitie freinée par un arrêt du tabagisme (at) Les fumeurs sont presque deux fois plus nombreux à avoir une calvitie, comme le montre une étude de l’Université nationale de Taïwan. Après avoir exclu d’autres risques de calvitie, les chercheurs sont arrivés à la conclusion que le risque des fumeurs était nettement plus élevé: * de 1,8 fois en moyenne * de 2,3 fois chez les hommes fumant 20 cigarettes ou plus par jour Plus un homme fume, plus tôt il perd ses cheveux. Les chercheurs ont étudié 740 hommes entre 40 et 91 ans du district de Tainan sur Taïwan. Les fumeurs chez qui la chevelure commence tôt à s’éclaircir devraient penser à temps à l’influence préventive d’un arrêt du tabagisme sur la calvitie, ont expliqué les chercheurs. Source: Lin-Hui Su, Tony Hsiu-Hsi Chen, Association of Androgenetic Alopecia With Smoking and Its Prevalence Among Asian Men. A Community-Based Survey, in: Archives of Dermatology 2007; 143: 1401 - 1406. 26.11.2007

Sans titre

Un cinquième des troubles de l’érection vient du tabagisme (at) Même les fumeurs en bonne santé qui n’ont pas de troubles cardiovasculaires montrent nettement un risque de troubles de l’érection plus élevé. Vingt-trois pour cent de ces troubles sont dus au tabagisme, selon l’estimation d’une équipe de chercheurs de l’université américaine de Tulane. Par comparaison aux hommes qui n’ont jamais fumé, les fumeurs signalent en moyenne 1, 4 fois plus souvent des troubles de l’érection. La fréquence de ces troubles dépend d’ailleurs de la quantité de cigarettes fumées: * les personnes fumant 11 à 20 cigarettes par jour se plaignent 1,5 fois plus souvent * celles qui fument plus de 20 cigarettes par jour 1,7 fois plus souvent. L’équipe de chercheurs a examiné 7'684 Chinois âgés de 35 à 74 ans. L’étude a été effectuée en Chine, mais ses résultats peuvent s’appliquer sans problèmes à la population dans d’autres pays, a expliqué le directeur de recherche Jiang He. Source: Jiang He et al., Cigarette Smoking and Erectile Dysfunction among Chinese Men without Clinical Vascular Disease, in: American Journal of Epidemiology 2007; 166: 803-809 aje.oxfordjournals.org. 15.10.2007 <- retour:

Sans titre

Tabagisme: impropre à l’amaigrissement (at) Allié à une alimentation grasse et peu saine, le tabagisme entraîne des problèmes de métabolisme et l’accumulation de dépôts graisseux, comme le montre une étude des universités de New South Wales et Melbourne. L’équipe de recherche australienne a comparé plusieurs groupes de souris en les soumettant à des régimes alimentaires différents d’une part et à l’inhalation d’air pur ou d’air pollué par la fumée du tabac d’autre part. Il s’avère que le tabagisme n’a aucune influence sur les dépôts graisseux et la quantité de glucose dans le sang. Fumer permet uniquement de modérer la faim et de limiter la prise de poids en cas d’alimentation grasse. Mais le tabagisme ne semble pas diminuer la masse musculaire ni graisseuse. Source: Hui Chen et al., Detrimental metabolic effects of combining long term cigarette smoke exposure and high-fat diet in mice, in: American Journal of Physiology Endocrinology and Metabolism (October 16, 2007). doi:10.1152/ajpendo.00442.2007 http://ajpendo.physiology.org. 29.10.2007

Sans titre

Nouadhibou : peur sur la ville Contribution par jaguar le 17 October 2007 à 21:18:43 CEST 19 octobre 2007 : NOUADHIBOU : PEUR SUR LA VILLE Chers Stéphanois, Dans l’exercice de ses fonctions, un travail peut être exposé à des risques professionnels et plus particulièrement des risques d'exposition à des produits cancérogènes, mutagènes (pouvant causer des altérations génétiques héréditaires) ou toxiques (risque pendant la grossesse d'effets néfastes pour l'enfant, risque possible d'altération de la fertilité, …). Lorsqu’à leur tour de paisibles citoyens sont exposés à leur insu à de tels produits, les responsables de cette situation doivent être jugés et condamnés à la peine la plus sévère. C’est généralement ce qui se passe d’habitude. Du moins, ailleurs. La catastrophe provoquée par TRAFIGURA en Côte d’Ivoire hante encore dans nos esprits, même si les victimes ont été indemnisées. Par contre en Mauritanie, la Capitale économique a été sacrifiée par les autorités qui ont permis l’installation d’une unité de transformation de farine de poisson à proximité des habitations. Cette usine de la mort intoxique impunément les populations par les fumées hautement cancérogènes qu’elle dégage à longueur de journée et parfois même de nuit. Sans parler de l’odeur nauséabonde du poisson en putréfaction qui empeste jusqu’aux quartiers les plus reculés de la ville allant même jusqu’à CANSADO. Qui n’a jamais senti cette puanteur ? Certains ont naïvement cru que c’était la mer qui régurgite. N’attendons rien des autorités locales. Elles ont choisi leur camp depuis belle lurette en cautionnant ce crime. Nous devons nous mobiliser et alerter les ONG qui oeuvrent pour la préservation de notre environnement. Saisissons le Ministre de l’Environnement, le P.M. et pourquoi pas le Président de la République lui-même ? Il interviendra sûrement pour sauver ce qui peut encore l’être. Surtout qu’aux dernières nouvelles, deux autres usines similaires se préparent à s’installer. Toujours dans les zones habitées. A bon entendeur, salut ! Copie : greenpeace.france@diala.greenpeace.org "Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté. Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité. Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org Note: Info source : jaguar

Sans titre

Nouadhibou : La police traque les prostituées Posté le 18 October 2007 à 02:26:09 CEST Sujet: Les infos de l'actualité 18 octobre 2007 : Nouadhibou : La police traque les prostituées "Nous avons feint d'être des clients potentiels et nous avons eu confirmation de nos soupçons", a confié un policier. Entendons clients potentiels pour les prostituées qui à Nouadhibou sont, depuis le 12 octobre la cible de la police. La semaine dernière déjà, cette même police était en proie à des émeutes suite à une révolte des bouchers qui lui en voulaient de n’avoir pas pris au sérieux leur plainte à la suite de la bastonnade de leur camarade par des éléments de l’armée sur ordre d’une femme… A présent, cette police s’emploie à lutter contre la prostitution et le crime organisé. Ainsi, plusieurs femmes ouest -africaines ont été arrêtées et sont en instance d'être déférées sur ordre du procureur de la république. Ces femmes sont venues légalement dans la capitale économique et exercent des métiers de restauratrices, coiffeuses, femmes de ménage le jour et se transforment, à en croire la police, en prostituées dés le soir. La police a ainsi mis aux arrêts une douzaine de femmes et quelques hommes, parmi lesquels des mauritaniens ; qui leur servaient de couverture… Cette campagne de lutte contre la prostitution fait suite à de nombreuses plaintes de citoyens qui, devant l'ampleur du phénomène ont saisi la justice. En effet, le quartier de Khirane, situé au centre ville, est devenu une zone de prostitution à ciel ouvert. Dés 17 heures, des femmes dans leur simple appareil se positionnent aux fenêtres de leurs chambres pour racoler le passant, qui qu'il soit. Parallèlement au plus vieux métier du monde, le quartier est devenu une zone de non droit ou trafics en tous genres ont lieu : Drogue, alcool, trafic d'êtres humains... Plusieurs personnes y ont été agressés ces derniers temps .Vols de portables, agressions à armes blanches, passages à tabac sont le lot quotidien du malheureux qui passe aux abords de ces lieux. La zone est infestée de bandits de toutes sortes et porte le non d'Accra (la capitale du Ghana). Des commerçants et boulangers des environs ont aussi porté plainte. "Nous avons décidé de démanteler Accra et son réseau, confie un policier, avant de passer au reste de la ville." En effet la prostitution et la petite délinquance touchent toute la ville avec des pics à Khairane et la cité SNIM. Pour ne pas être taxée de xénophobe, la police a tenu à prendre les prostituées en flagrant délit."Nous avons feint d'être des clients potentiels et nous avons eu confirmation de nos soupçons" argumente un agent dans le coup. Reste que le réseau de prostitution et de trafics de drogue jouit d'une couverture à chercher au sein même de la police. Certains agents sont accusés par les prostituées d'être des client s assidus ou des protecteurs moyennant argent. Les femmes arrêtées risquent l'expulsion. ATHIE YOUSSOUF CP /NOUADHIBOU Note: Info source : La Tribune (Mauritanie)

Sans titre

SNIM : 60 familles dans la détresse Posté le 18 October 2007 à 02:36:36 CEST Sujet: Les infos de l'actualité 18 octobre 2007 : SNIM : 60 familles dans la détresse Prés de 60 familles attendent d'être jetées dehors par la SNIM. Ces familles, démunies pour la plupart, squattent depuis quelques années des logements abandonnés à la cité SNIM. Ces logements 3-piéces ont été abandonnés par leurs propriétaires légaux sous le prétexte -vrai certes- de vétusté et de menace d'écroulement. Les ayant -droit ont donc été relogés non sans avoir emporté jusqu'aux sanitaires. Depuis 1990 ces maisons sont abandonnées progressivement .Elles sont ainsi devenues de vraies décharges d'ordures et de cadavres d'animaux. Les 60 maisons sont devenues des lieux de refuges des chiens et de chats. Les tas d'immondices sont géants au point d'empoisonner l'air du reste de la cité. Des dunes de sables ont envahi les lieux. C'est au milieu de cette situation que quelques familles en détresse ont demandé à la SNIM de leur permettre d'occuper les lieux. La SNIM, dans un élan de solidarité leur a octroyé les lieux. Les familles ont commencé un long travail de nettoiement des écuries d'Augias. Ce long travail patient a payé. Après des mois de dur labeur les lieux sont devenus hospitaliers au point d'accueillir des milliers de personnes. Les nouveaux propriétaires ont aménagé. Sans eau ni électricité. Qu'importe. Puis des branchements sauvages sont faits. Dans l'indifférence générale. Car personne l'énergie dans ce quartier comme ailleurs. Puis la situation des nouveaux venus crée des envies. D'anciens propriétaires tentent de revenir boutant dehors les plus faibles. Les squatters s'organisent et saisissent la justice. Première victoire. L'ancienne direction de la société recule. Mais ne baisse pas les bras. D'autres tentatives s'en suivront sans résultat. Le nouveau directeur de la SOMELEC et ancien directeur de la SNIM revient à la charge. Sous prétexte que ces familles consomment trop de courant à la charge de la SOMELEC. Les fils sont coupés. Début octobre la SOMELEC saisit la SNIM. Cette dernière décide de passer en force .Les familles ont jusqu'à ce soir (15 octobre) pour déguerpir. Sinon la force publique le fera. Certaines familles ont accepté l'ultimatum mais réclament des indemnités car y ont investi beaucoup d'argent. La majorité refuse de partir."Nous sommes prêtes à affronter les militaires pour garder ces maisons " crient les femmes visiblement plus remontées que les hommes. Si la SNIM mettait à exécution sa menace, ce serait des centaines de personnes jetées à la rue. ATHIE YOUSSOUF CP /NOUADHIBOU La Tribune N°370 du 16/10/07 Note: Info source : La Tribune (Mauritanie)

Sans titre

Appel à l'unité et à la vigilance Contribution par Cherif le 15 October 2007 à 02:26:25 CEST 15 octobre 2007 : UGTM : Section de Nouadhibou : Appel à l’Unité et à la vigilance Face au climat d’incertitude et donc d’inquiétude, crée par les informations faisant état de la vente imminente d’une partie du capital de la SNIM à des investisseurs étrangers. Considérant la situation politique actuelle, La section mine de Nouadhibou de l’UGTM, appelle toutes les parties concernées (Pouvoir et opposition) à la vigilance et au respect de la sensibilité de tous ce qui touche à la SNIM. En effet, par son passé, son poids économique, son déploiement géographique et humain cette société, véritable bijoux national, ne peut servir de calmant passager à nos maux financiers ou politiques qui méritent, tous les deux, une meilleurs thérapeutique. Saisissant cette occasion, l’UGTM appelle les travailleurs de la SNIM à : Mettre en échec par la légalité, l’unité et la mobilisation, toute opération de nature à porter atteintes aux acquis sociaux obtenus par accumulation de plusieurs années de sacrifice. Maintenir un climat social calme et serein permettant d’assurer une meilleure communication avec les décideurs et dans l’attente d’une plus grande visibilité. Refuser toute exploitation politicienne de ce dossier qui impacte, directement, la vie de nos familles. Demande à toutes les organisations syndicales d’agir dans l’unité par la concertation et d’éviter toute action individuelle risquant de porter préjudice à l’unité des travailleurs. Le secrétaire général de la section Bouhoubeiny Ould Mohamed "Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté. Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité. Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.cridem.org Note: Info soure : UGTM Nouadhibou

Sans titre

Circoncision au ksar, nos enfants en danger Contribution par babatoure le 10 Octobre 2007 à 11:00:55 THIAPS 09 octobre 2007 : Circoncision au ksar, nos enfants en danger C’est vraiment horrible à ce que j’ai assisté ce jour la à Nouakchott, dans le département du ksar juste à proximité du dispensaire du ksar. Je ne savais que de telles pratique existées encore dans notre. J’avoue que ce n’est pas étonnant vu l’anarchie qui y règne. J’ai un neveu âgé de 3 ans et comme tous les enfants de cet age (dans les pays musulmans) il va subir la circoncision. Un matin, très tôt, je suis allé avec lui dans une maison située, comme je l’avais souligné un peu plus, sis du dispensaire du ksar. Je savais que le monsieur qui se chargé de couper le précipice des enfant était un tradi-praticien. Nous étions les premiers ce jour à se présenter à lui. La première des choses que l’on remarque est que c’est une maison ordinaire, dans laquelle vit la famille du monsieur le « Hage » comme on l’appelle dans le coin. Pas de salle d’attente, ni de coin isolé pour se cacher des regards des femmes, des enfants de la famille du Hage et d’éventuels visiteurs de la famille. Je ne vous apprends rien, vous connaissez tous la manière dont les gens débarquent chez à nous : à l’improviste. Bref. Après quelques minutes d’attente sur un banc étalé au milieu de la cour, Le Hage se présenta en fin un plateau contenant des outils à la main. Rien ne le distinguait d’un médecin en service. Il porté une blouse blanche et une paire de gants de couleur verte. Mais ces gants avaient une particularité, ils étaient très épais. Et cela m’étonna, c’est par la suite que j’ai compris qu’il ne se séparait jamais des ces paires de gants. Il les porte pour s’occuper de tout patient. Il a étalé mon neveu sur la table, j’ai remarqué que la seule chose qui est dans sa boite d’origine et le paquet de pansement qu’il m’avait demande de payer à la pharmacie voisine (pharmacie Ely Cheikh). Je me suis dit dans ma tête que peut être qu’il a stérilisé son matériel avant d’en faire un usage. Sous mon regard attentif et aussi de tous ceux qui étaient présent dans la cour, l’opération se termina avec succès. A la fin de l’opération, évidemment, il avait les mains et le matériel entaché de sang de mon neveu. Le petit porta son boubou de « njoulibé ». Nous nous sommes retiré de la table et nous sommes revenus s’asseoir sur le banc étalé dans la cour afin que le petit reprenne ses esprits, en plus Hage doit nous prescrire une ordonnance. Pendant ce temps, sous mon regard, Hage pris un éponge mouille avec de l’eau de robinet essuya la table. Ils pris tous ses outils qu’il porta à un robinet fixé sur un mur juste à l’entrée de la maison. Il se lava les gants, il fait passer de l’eau (l’eau de robinet, tiède) sur ses outils, en passant de la seringue et ciseaux jusqu’au plateau qui les recevra. De retour à la table il appelle le suivant. Une vielle femme accompagnée d’un jeune garçon de deux ans au plus. L’opération se déroula comme la précédente, avec les mêmes gants, le matériel qui avait servi à l’opération suivante. La journée venait juste de commencer pour lui et pour tous ses enfants venus subir un acte religieux. J’avais compté au moins 15 jeunes garçons, ils vont tous subir une circoncision, sûrement, avec les mêmes outils. Une fois à la maison, je n’arrivais pas à cesser de penser à cette scène et ce jusqu’à l’instant où j’écris cet article. Je trouve de telles pratiques affreuses. La vie de beaucoup d’enfant est en danger dans ce coin. Ce que j’ai compris, beaucoup d’enfants du département du ksar se la font subir dans cette maison merdique. Un tel Hage doit d’être rappelé à l’ordre. Les responsables de la santé publique doivent réagir, d’ailleurs je fais appel eux et leurs bonnes volontés pour faire de sorte que de telles pratiques cessent dans notre pays. Vous avez tous que beaucoup de maladies transmissibles par le sang font ravage dans notre sous région. Par ce que ce Hage s’en prend à tous les gosses qui se présentent en lui. J’en ai croisé, chez lui, des enfants d’origine malienne, sénégalaise... Ce monsieur se souci peut de la santé de nos enfants, il se contente d’encaisser la somme de 3000 ouguiya par enfant, ce qui est considérable vu le nombre de patient par jour. Ce n’est pas par ce qu’il manque de moyen pour équiper son ‘’cabinet’’, mais ce que il est là pour s’enrichir. Je regrette de n’avoir pas réagi à l’instant où j’étais au pays. A vrai dire je n’avais pas le temps, je devais regagner l’étranger où je poursuis des études. Mes chers amis lecteurs, je vous demander tout simplement de faire passer l’information, c’est vital pour nos petits frères, nos enfant et en particulier pour le survie de la jeunesse de notre pays. Vous êtes tous au courrant du scandale du sang contaminé en Libye, faisons de notre mieux pour stopper de telles pratiques. Je jure avec ce mois béni de ramadan, tout ce j’ai pu rapporté sur cet article est la strique vérité. Incha alla bon fin de ramadan et bonne fête d’El Idsaghir. Note: Info source : babatoure Lien : www.cridem.org

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site